samedi 3 décembre 2016

Comment la BD aide à comprendre l'Art contemporain?

D'abord, il y a ce bonhomme Jacques Tardi, qui n'a pas pour seule oeuvre "Nestor Burma" et "Adèle Blansec"   non c'est aussi un "défricheur" , un "laboureur" de l'Histoire.   

Fasciné par son grand père, poilu de 14, Jacques Tardi aime à parcourir les angles humains de cette immense boucherie que fut la 1ère guerre mondiale.

De nombreux parmi ses ouvrages traitent de cette crise dont notre pays ne s'est jamais vraiment remis. 



..."C'était la guerre des tranchées est une bande dessinée qui montre la vie d'un soldat, son quotidien.
Son travail sur la Première Guerre mondiale, notamment C'était la guerre des tranchées et Putain de guerre est reconnu comme exceptionnel, notamment pour sa grande rigueur historique (grâce à la collaboration avec l'historien Jean-Pierre Verney et à la force qui se dégage de ces albums."   extrait de wikipédia   


Mais si j'en parle aujourd'hui  c'est aussi pour son passage la semaine dernière à l'émission de Frédéric Taddei sur Europe1. Il a eu des propos qui m'ont éclairé et fait faire "tilt" sur l'un des grands mystères de l'Art: pourquoi l'Art abstrait?

Jusque là, mes raisonnements qui étaient construits à partir de la lecture de plusieurs spécialistes convergeaient vers l'explication technologique:  après la photographie et le cinéma pourquoi s'obstiner à représenter la réalité. D'où la justification de cette stratégie nouvelle des artistes qui a été de s'éloigner de la représentation et de la figuration. 

Mais quand j'ai entendu Jacques Tardi dénoncer à la fois cette immense gâchis et le traitement qui en avait été fait par les artistes ou écrivains (notamment il s'en est pris à Barbusse et à Roland Dorgelès), j'ai compris à quel point il voulait dire que cette guerre était "indescriptible" au sens propre et que toute tentative de "réalisme" était vouée à l'échec!

Bien sûr, en peinture et sculpture, de nombreux artistes avaient déjà abordé l'angle abstrait puis déstructuré, mais auraient ils poursuivis et essaimé sans ce traumatisme hallucinant et cette remise en cause de l'Homme qui a mené les artistes vers d'autres chemins?