samedi 21 décembre 2013

La prise en compte du handicap

Sujet de nombreuses polémiques et débats, la loi de 2005,  est au mieux contournée au pire jamais appliquée..

Les reproches souvent faits à cette loi, pleine de bonnes intentions, est de contraindre la majorité pour  satisfaire la minorité. Ceux qui en admettent le bien fondé lui reprochent d'aller trop loin et de mettre en péril nombre de projets et de structures culturels.

Mais réfléchissons,  bien sûr la réglementation importe, bien sûr tous les dispositifs nouveaux sont utiles...mais il y a quelque chose à entreprendre pour faciliter l'accès à tous les publics, que ce soit les handicapés, bien entendu, mais aussi toutes les personnes qui n'ont pas la capacité de recevoir l'objet culturel (spectacle, exposition, etc.) comme les autres pour des problèmes de handicap, de langage, de
codes culturels...bref  des publics empêchés  ou des non-publics. Réfléchir au programme artistique et l'adapter à la réception  par tous moyens: scénographie, cartels, actions périphériques, médiation.

Par exemple dans le cas d'une exposition, une approche thématique sera préférable à une proposition monographique  car cela permettra d'offrir plusieurs angles d'attaque pour expliquer les intentions des artistes.  Aborder l'accoutumance au spectacle vivant par une véritable école du spectateur: partir de petites formes,  des  oeuvres avec une structure plus linéaire  pour ensuite évoluer progressivement.     C'est ce que j'appellerai agir sur le fond avant d'agir sur la forme!



dimanche 8 décembre 2013

La Culture et les sociologues ...enrichissement ou O.P.A hostile?

J'aimerai  lancer  un débat,  car in fine, c'est aussi l'objectif de ce site   sur les grandes problématiques de la culture.

Je souhaiterai avoir votre point de vue sur cette question?     Faites vos commentaires  et je rapporterai vos réflexions e y ajoutant quelques ingrédients "maison".  Merci pour votre aide.


A titre de premier  indice, prenons le domaine de la formation dans le champs de la culture:

-  en médiation culturelle,  les sociologues en ont créés l'appellation,  ils ont évalué avec raison que le métier de guide conférencier des musées ou du patrimoine  n'avait pas évolué dans le cadre muséal et que son équivalent n'existait pas dans le cas des centres d'art.

-  dans toutes les licences normales ou pro  liées au montage de projet culturel,  les sociologues sont aux commandes.

-  les domaines qui leur échappent encore sont ceux directement liés à l'esthétique, aux arts plastiques ou à l'histoire de l'art, mais patience...

Pour un deuxième indice, je vous demande d'examiner le contenu des programmes de France Culture. Le traitement des sujets est souvent orienté sur le lien problématique entre l'humain et son environnement: beaucoup d'informations, de reportages,  de débats actuels...mais pas beaucoup  d'éclairages sur l'art, la littérature, les spectacles, les images, le cinéma.

Les avantages de cet état de fait

Une approche plus rationnelle et efficace: une vraie méthodologie, des outils pertinents.
L'introduction de la gestion de projet, de l'enquête, du questionnaire, du suivi des actions. Et donc une révolution dans la culture: l'évaluation.

Les inconvénients

L'analyse l'emporte sur le sensible et la problématique sur l'émotion. C'est comme un débat sur un film qui n'aurait trait qu'à son contexte historique et social et aux problèmes soulevés sans s'attacher à la manière de filmer et aux choix esthétiques du réalisateur.

Maintenant   quelques preuves d'ingérence inappropriée :

Prenons le recueil des cours de Pierre Bourdieu  consacrés à Edouard Manet...c'est la révélation du "détournement sociologique" d'une ou plusieurs oeuvres d'art:  cette irritante propension à appliquer une grille d'analyse sur des gestes techniques uniques et sur de l'émotion contenue dans la toile...

et puis cette manie d'isoler une oeuvre  au lieu d'embrasser la création du peintre.  Lisez l'article de Bernard Géniès dans le dernier Nouvel Observateur, c'est édifiant!



jeudi 28 novembre 2013

A quoi joue Franck Thilliez?

Son dernier opus  "PUZZLE"   n'est pas à la hauteur de son talent.  Par l'intrigue  faiblarde et l'écriture peu inventive  on dirait du Enid Blyton...oui, c'est vraiment une aventure du Club des cinq.


Donc nous attendrons la reprise après la crise d'inspiration...s'il vous plaît Franck, ne vous laissez pas aller!



dimanche 24 novembre 2013

Un Goncourt peut en cacher un autre

Que Pierre Lemaitre soit un bon écrivain  n'est pas une vraie question.

Que ce soit ce livre là  pour ce prix là...c'est une question pertinente et récurrente qui est lié au prix Goncourt!


Mon réflexe face à un Goncourt de ce style, peu connu,  est avant tout de lire l'un des ouvrages précédents de l'auteur. C'est pour cela que je n'ai pas acheté le prix lui même, mais l'un des polars du même auteur. Le polar c'est son A.D.N, c'est son univers:  je préfère le goûter sur son terrain favori.
Je n'ai pas été déçu  "Alex"  est un excellent polar...un peu glauque...bien écrit...avec une histoire à triple rebondissement.   Je vous conseille de suivre ma démarche, c'est plus juste pour découvrir Lemaitre.


Existe en "poche"

dimanche 17 novembre 2013

Une exposition indispensable

L'image est au centre de notre univers culturel.  Tout tourne autour des millions d'images que nous recevons quotidiennement.


L'art  contemporain  est partie prenante dans ce combat des sens et du sens. Aussi l'exposition "Histoire, regards d'artistes" proposée à l'Hôtel des Arts de Toulon jusqu'au début janvier 2014  est elle nécessaire  pour notre hygiène culturelle.




Voici  une des oeuvres  d'Eric Baudelaire  que je me permets de vous décrire en vidéo...



lundi 4 novembre 2013

Un classique si peu correct

Si vous ne connaissez pas TREVANIAN   dépêchez vous de le faire c'est excellent!


Qu'est ce qu'un classique:  c'est une référence, mais avec un côté pionnier...avoir exploré certaines zones avant les autres peuvent faire de votre livre un classique beaucoup plus tard...

Les romans noirs de Trevanian sont de ceux là. Plus que des polars ce sont des romans amoraux donc profondément moraux quelque part. Le Héros est très politiquement incorrect  et les histoires sont baroques,  d'une violence à la Tarentino  bien avant Tarentino. 

La référence de l'oeuvre c'est "la Sanction"   mais vous pouvez lire "l'Expert", il n'y a pas d'ordre imposé chez cet auteur.

"L'expert"  ambiance du début des années soixante-dix, version" Chapeau melon et bottes de cuir"  en plus féroce et déjantée.  Régalez vous!



Existe en poche...

dimanche 20 octobre 2013

Qu'est ce qui caractérise un livre catalan?


        Je sais qu'essayer de trouver des signes récurrents chez des auteurs ayant une proximité géographique c'est comme une sorte de racisme,  comme un délit de "sale gueule"...ou pire, il s'agirait d'un  lieu commun  qui éviterait toute analyse sérieuse!

Il n'empêche que parler d'un  "syndrome catalan" ne parait pas fortuit.

Prenez Carlos Ruiz Zafon ...il y a  délit d'imaginaire débridé et baroque. Cet auteur a des élans à la Dumas avec des saillies fantastiques et des procédés qui rapprochent son style du "gothique".

Manuel Vazquez Montalban   avait réussi à imprimer la "catalanité" à un genre pourtant très codé: le roman policier.

Pour mon petit dernier Jaume Cabré,  nous y retrouvons une certaine confusion des personnages et des situations. Comme pour les auteurs cités, il fait fi de la triste réalité et réinvente la vie comme un "patrimoine enchanté". Les aspects baroques sont respectés en mélangeant sans crainte les pires cruautés, aux plus douces voluptés.

"Confiteor", l'ouvrage de Cabré  est   un livre global, difficile, exigeant mais foisonnant et finalement fascinant pour qui sait entendre cette musique chorale.










dimanche 6 octobre 2013

Un livre à ne pas lire...

Enfin selon moi,   maintenant  à vous de juger!

Oui parce qu'il est de bon ton de promouvoir les livres que l'on aime  et de ne pas parler de ceux qu'on laisse retomber sans y avoir trouvé un quelconque  intérêt....

Les Complications de Nina Allan est de ceux là:














Ce sont des nouvelles, ce que j'aime bien...
Il s'agit d'un mélange de réel et de fantastique...d'habitude j'aime
Il y a un fil rouge: les montres, les mécanismes...c'est assez bien vu.

Et pourtant je décroche très vite...histoires oniriques mais sans une construction digne de ce nom...un style très quotidien et sans aspérités.  Dommage , ah si j'ai tout de même appris que tout ce qui n'est pas lié au mécanisme de fonctionnement de la montre s'appelle  "complications" , merci pour ça!

vendredi 4 octobre 2013

Vanitas, vanitatum ou méfiez vous des réputations...

Vous savez, ou vous ne savez pas le prix que j'attache à l'objet culturel?

Oui vous savez c'est ce pourquoi, nous nous battons en permanence, c'est ce fameux objet culturel qui nous attire et nous déchire!
Oui  pour les centres d'art ou les théâtres,  on peut parler de ligne artistique,  pour les musées  de projet scientifique  ou de thématique...
Or donc, mon vieil esprit cartésien aime percevoir dans la jungle des signes qui nous entourent  un chemin de sens ou tout au moins une carte pour trouver une piste.

Ma visite récente du MUCEM,  très moderne musée et paquebot culturel de Marseille. Sans verser dans la polémique de parisianisme et d'un objet culturel développé en culture "hors sol" examinons le lieu et ses propositions.




Déjà il s'agissait dans la commande de Marseille Provence 2013 d'un objet culturel si large que la mission était des plus acrobatiques:  les civilisations de la Méditerranée.
Mais autant l'exposition permanente que les expositions provisoires démontrent que aucun champs précis n'a été délimité et que le "bazar" évoqué pour l'une des expos est une manière de méthode!

Un visiteur qui se retrouve dans un cheminement tout aussi erratique que la collection, des gens perplexes qui se croisent  et des surveillants de salle-médiateurs dont la seule formation est de produire quelques mots sur les oeuvres...culte de la frustration!




Mais peut être est ce cela la "modernité"?
Bazar du genre, ou genre de bazar?





lundi 30 septembre 2013

Connaissez vous les passeurs d'images?




Un projet d'atelier de cinéma  dans votre médiathèque?
Des idées pour une programmation culturelle de films dans votre lieu de travail favori?


Les passeurs d'images peuvent vous aider...



Un dispositif d’éducation à l’image

Passeurs d’images est un dispositif d’éducation à l’image hors temps scolaire, en direction des publics ayant des difficultés d’accès aux pratiques cinématographiques. Passeurs d’images regroupe près de 400 de coordinations locales, 27 coordinations régionales et une coordination nationale, ainsi que des partenaires nationaux et régionaux, des collectivités territoriales, des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, des associations caritatives...
Passeurs d’images consiste à la mise en place, hors temps scolaire, de projets d’action culturelle cinématographique et audiovisuelle en direction des publics, prioritairement les jeunes, qui, pour des raisons sociales, géographiques ou culturelles, sont éloignés d’un environnement, de pratiques et d’une offre cinématographiques et audiovisuels.
I
L’opération s’étend sur tout le territoire national et à l’ensemble des régions métropolitaines et à l’outre-mer en s’appuyant sur de très nombreux partenariats engagés avec les collectivités locales, les salles de cinéma, les associations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel et les associations à vocation sociale ou d’insertion.


Un film en salle

Cette base de données permet d’avoir des informations sur des « séances spéciales » qui ont eu lieu au sein du réseau Passeurs d’images. Ce sont des projections associées à une animation spécifique (rencontre, lien avec une pratique, etc.). Cet outil propose des intervenants pour accompagner les films, des thèmes de débat, des programmations de films…
Voici les films que nous proposons pour organiser les séances spéciales de Passeurs d’images. Il convient de bien s’assurer auprès des distributeurs de la disponibilité des copies et de contacter Kyrnéa pour les intervenants. Cette liste reste indicative et ne peut se substituer à celles établies par les coordinations régionales.
>> Base de données séances spéciales
Mode d’emploi du moteur de recherche
Vous pouvez effectuer une recherche selon différents champs de recherche du moteur. Vous pouvez obtenir plus d’informations en cliquant sur "voir" pour afficher la fiche complète associée au film.
Voir aussi
Agenda des séances spéciales




ADRESSE  DU  SITE

http://www.passeursdimages.fr/

jeudi 5 septembre 2013

Jeu video et Art?

Beaucoup d'éléments vont rebuter les esthètes:
- c'est une industrie
- c'est ludique
- cela ne s'adresse qu'aux enfants et aux ados

Et bien c'est loin d'être aussi évident car d'autres indices apparaissent:
- il y a de plus en plus design
- il y a une narration
- les publics apprennent, ressentent des émotions ou parviennent a des comparaisons d'univers.

Tous ces arguments pour s'intéresser avec plus d'aplomb a ce nouvel objet culturel: le jeu video.




vendredi 30 août 2013

Découverte d'artiste: France Cadet

Une nouvelle rubrique pour vous faire découvrir de nouveaux talents. France Cadet a déjà sa notoriété dans le domaine des arts du XXI ème siècle... Mais son art qui évoque la cybernétique, la sexualité, l'animalité nous entraîne dans un monde onirique où jeu et technicité servent de pâte à la plasticienne.

Faîtes vous votre idée...

France Cadet
Artiste multimedia
Enseignante robotique à:
- Ecole supérieure d'Art d'Aix-en-Provence
- School of the Art Institute of Chicago

Vit et travaille à Marseille 


[Email]:
france @ cyber-doll.com

[Web]:
www.cyber-doll.com
www.cybersave.org
www.hackinglab.org









2012:-"Supervues" - Carte blanche à Philippe Vermander, collectionneur invité - Hôtel Burrhus - Vaison-la-Romaine - France
-"Art Miami" – Gallerie Zolla Lieberman – Miami - USA
-"Multiple Market" – Black Box Gallery - Copenhague - Danemark
-"DrawingRoom" - Salon international du dessin - Carré Ste Anne - Montepellier - France
-"Show Off Paris ArtFair 2012" - Paris - France
-"Art & Artificial life: Vida 1999 - 2012" - Fundacion Telefonica - Madrid - Espagne
-"Crossing Wires: Technology and Play" -  Evanston Center – USA.
2011:-"Art Miami" – Gallerie Zolla Lieberman – Miami - USA.
-"Interactive Futures 2011: Animal Influence’11": Intersections Digital Studios – Vancouver – Canada
-"Digital Art Exhibition": Smart Store Gaité Lyrique – FIAC 2011 – Paris – France
-"Dans l'immobile infini, tout demeure" Maison Euzeby - Nîmes - France
-"Augmented Senses": OCT Art & Design Gallery - Shenzhen - Chine - site web
-"Augmented Senses": OCT Museum – Shanghai - Chine - site web
-"Game Art" - Fete de l'Anim - Tourcoing - France
2010:-"Nouveaux Monstres" - LIFE -Saint-Nazaire - France
-"Back to the robots" - SonarMàtica - Sonar 2010 - Barcelone - Espagne
-"Shanghai 2010 - Exposition universelle" - Pavillon Lille Europe - Galerie Hong Miao - Shanghai - Chine
-"Sexe et convenance II" - galerie Pascal Vanhoecke - Paris - France
-"ART PARIS" avec la galerie Pascal Vanhoecke - Grand Palais - Paris - France
-"GaMe" - [D.A.M] Gallery - Berlin - Allemagne
-"Festival des souris, des hommes 1.2" - Exposition "Curiosité Artificielle" - Le Carré des Jalles - France
-"GaMe" - [D.A.M] Gallery - Berlin - Allemagne
-"Festival des souris, des hommes 1.2" - Exposition "Curiosité Artificielle" - Le Carré des Jalles - France
2009:-"Nouveaux Monstres" - Gare Saint Sauveur - Lille - France
-"Desir - Emoi" - Galerie numérosix - Aix-en-Provence - France
- "Beware of the plantimal"- Exposition avec Eduardo Kac - Galerie Black Box - Linz - Autriche
"Dessine-moi un mutant"- Scène numérique - Aix-en-Provence - France
"ART au Paradis"- Parcours d'Art contemporain - 10 lieux rue Paradis - Marseille - France
"Gamerz 04 "- Espace Sextius - Aix-en-Provence - France
"Plus d'histoires..." Carré Sainte-Anne - Montpellier - France
2008:- "Gaude Mihi 2"- Galerie du Haïdouc - Bourges - France
"Homo Ludens Ludens" - LABoral Centro de Arte - Gijón - Espagne
- Festival international "EXIT 08" - Maison des Arts de Créteil - France (programme)
- Festival international "VIA 08" - Le Manège - Maubeuge - France (programme)
"Urban Living" Wood Street Galleries - Pittsburgh - USA.
2007:"Gaude Mihi" Galerie Pascal Vanhoecke - Paris - France.
"Fastforward on new media art: robots" - PAN: Palazio delle Arti Napoli  - Italie.
"BIOS 4" CAAC: (Centro Andaluz de Arte Contemporáneo) Seville - Espagne.
- "Amours, délices et orgues" - La Ferme du Buisson.
2006:"La Provence au Pernambouc": MEPE: Museu do Estado de Pernambuco - Recife - Brésil.
"Emoção Artficial 3.0" - Sao Paulo - Brésil.
"SMARt2006" : Symposium - Music, Art and Robotics - Hochschule für Künste Bremen - Allemagne.
"META.morfosis" : MEIAC - Badajoz - Espagne.
2005:"Sciart V3.0": National Science Museum - Daejeon - Corée.
- Festival "EXIT" :MAC Créteil – France.
- Festival "VIA"Le manège Maubeuge – France & PASS - Frameries – Belgique.
"Japan Media Art Festival": Tokyo.
"DigitaleeMeUTE" : La Friche Belle de Mai - Marseille.
2004:"Digital Stadium" : NHK - Tokyo.
"ARS ELECTRONICA 2004": Timeshift – Linz – Autriche.
"Machinista" – International Art & Technology festival - Glasgow.
- "Bloody Mary" – Galerie Aperto – Montpellier.
"ARCO 04" - Fundación Telefónica Stand. - Madrid.
"LILLE 2004" : Capitale Culturelle 2004. "Monde Parallèle Robot" - Lille.
- "Technopoc’Art" : Musée de l'Objet - Blois.
2003:"Arborescence 03" Art, Nature & Technologie - Aix-en-Provence.
- "Art Dealers 2003" - Gallerie Roger Pailhas - Marseille.
2002:"Je veux" Editions OneStarPress - Réalisation in "real time" - Palais deTokyo - Paris.
- "Guinea Pigs" - La Vilette - PARIS - Comissaire d'exposition: "Sextant et Plus".
2001:"Le cerveau" en collaboration avec le CNRS - Ecole d'Art d'Aix-en-Provence, Galerie Sextius & Musée d'histoire naturelle.
- "E&L - L&E" - Galerie des Eyguesiers - Aix-en-Provence.
1999:- "Le chemin à l'envers" - Musée de la moto - Marseille.
- "Récréation Contemporaine"- Ha Ha Art Tickle Museum & Galerie Marquage- Marseille.
1998:- "Ephémère" - Marseille.
- "V'là l'printemps !" - Galerie Cargo - Marseille.
1995:- "Quand les machines rient" - Centre d'Art et de Plaisanterie de Montbéliard.
- "Altermate - Automate" - "Friche Belle de Mai" Gallery - Marseille.
1994:- "Art Mecanic" - Galerie "Pertinente Décadence" - Marseille.


Publications:

              Ouvrages:
2013:"Avoir du chien" - par Gérard Martin - COTE magazine avril 2013 - Farnçais/anglais.
- "Lempathie ou l'expérience de l'autre" - Biennale internationale du Design St. Etienne. Français/anglais.
2012:- "VIDA: 1999-2012: vida y artificial - Anglais/espagnol
2011:- "Antennae #21: animal influence": texte de Carol Gigliotti + artist page - Anglais.
"Art & Animals" - Giovanni Aloi - Anglais.
"Art contemporain Nouveaux Medias" - Dominique Moulon - Français.
2009:"Art au paradis" - catalogue de l'exposition - Français.
"ANTENNAE #9: mechanical animal" - couverture + interview + textes - Anglais.
"NEURAL #32: machine affection" - couverture + interview - Anglais.
2008:- "Arts numériques, Tendances, Artistes, Lieux & Festivals" MCD et M21 Editions
- "Homo Ludens Ludens"  Catalogue d'exposition - 3ième volume de la trilogie sur le jeu: "Playware", "Gameworld" et "Homo Ludens Ludens"
Leonardo Vol 41 - N° 1 - "Art Embodies A-Life: The VIDA Competition" - Anglais.
2007:Carnet Sagace - ESAC Pau - Français.
2006:- "Provence - Pernambuco" arte contemprânea - catalogue de l'exposition - Anglais/Portugais.
"Emoção Artficial 3.0" - Anglais/Portugais.
"A minima ::" #16 Contemporary visual and conceptual proposals – Anglais/Espagnol.
- "METAmorfosis" el museo y el arte en la era digital - Anglais/Espagnol.
2005:"ROBOTS, génèse d’un peuple artificiel" Français (ed Minerva) + 2 autres éditions anglaise et allemande.
"PARACHUTE" n°119: Extra Humain IA de Carol Gigliotti - Français/Anglais.
"MAP" Japan Media Art Festival – Tokyo - Anglais/Japonais.
2004:"Digital Stadium" : Anglais/Japonais.
"Timeshift" Ars Electronica 2004 – Anglais/Allemand.
"BELIO:015: Robots": Experimental Art and Design project – Anglais/Espagnol.
- "Bloody Mary" catalogue de l'exposition – Français.
"A minima ::" #6 Contemporary visual and conceptual proposals – Anglais/Espagnol.
- "ARCO 04" - Feria Internacional de Arte Contemporaneo - Madrid - Anglais/Espagnol.
"Robots!" – Edition: lille2004 - Français/Anglais.
"R comme robotique" – Rémy Kerténian – Cote Magazine n°83 - Français.
2003:- "Trou" n°26 - Special "Art Dealers" - Français.
- "Artothèque" Collection 2003. Edition: Sextant et Plus - Français.
- "Jeune Création" for the exhibition "Guinea Pigs" in La Vilette – Paris - Français.
2002:"Je Veux" - Editions OneStar Press & Palais de Tokyo - Paris.

              Textes: 


2013:"Avoir du chien" - par Gérard Martin - COTE magazine avril 2013
2007:"Folie canine à l'ère robotique" : Jacque Norigeon - Carnet Sagace - ESAC Pau - Juin 2007
2006:"Robots pour être vrais" : la République des Pyrénées - 29 Novembre 2006.
"Ces robots chiens sont des clones" : Sud ouest - 23 Novembre 2006.
2005:"La Vie Artificielle et les Vies des Non-Humains" : Carol Gigliotti - Parachute 119 - Français/Anglais.
"Mutations canines à Exit" : Cathy Blisson - Telerama - Français.
"La science intruse" : Annick Rivoire – Libération - Français.
2004:"Dog[LAB]01": Laurence Rilly - Arte / Cultures électroniques - Français.
- "On the lessons": Antonio C-Pinto – Anglais.
"About Dog[LAB]01"- Jame Coupe - Anglais.
"Dog[LAB]01"- Chris Csikszentmihalyi - Anglais.
2003:"Des souris et des femmes" - Emmanuel Loi - Le "sous-officiel" n°14 – Français.
"On vous souhaite bien du plaisir" - Dominique Juan - Cote Magazine n°76 – Français.



              Interview: 


2011:ArtSland New-York - interview par Joel Kuennen - Anglais.
Robo-Lift @inno-robo - Lyon - interview par Jean-Baptiste Labrune - Anglais.
2009:Amusement n°4 - Mars 2009.
- Interview de Sonja Britz pour "Antennae 9: Mechanical animals" – Anglais.
- Interview de Alessandro Ludovico pour "NEURAL #32: machine affection" - Anglais
2004:Entretien avec Jean-Jacques Leberre, directeur de la galerie Porte Avion.
"Arte.Ficial: France Cadet" pour "BELIO:015: Robots:" – Anglais/Espagnol.
2003:"Comment faire craquer les hommes : deux leçons de séduction" - Agnès Giard – Français.
               - Presse:
.../......en construction...
2009:"Carrousel de l'érotisme à la galerie numérosix" - La Provence - 11 octobre 2009
"Monstres à puces électroniques" - Le Soir - 10 octobre 2009
"Monstres ludiques et interactifs" - La Libre - 01 octobre 2009
"Monstrueusement décalé" - Nord Eclair - 16 Septembre 2009
"Métamorphoses abouties à Aix-en-Provence" - Libération - 05 juin 2009
"Parcours d'Art contemporain" - Madame Figaro - 06 juin 2009
"Parcours d'Art Rue Paradis" - Art & Décoration - juin 2009
"L'art au Paradis" - COTE MAGAZINE - mai 2009
"D'ARS n°193"
Amusement n°4 - Mars 2009.
"Robot, as-tu donc une âme?" - Cimaise magazine - Caroline figwer - Mars 2009. 
2008:"Slick, Fiac, Show off et autre diva" - Arte tv - Véronique Godé - 3 Novembre 2008
"Curiosité Artificielle" - Arte tv - Véronique Godé - 20 octobre 2008.
"Sex and the com" - CB NEWS special Femme & Homme - Anne Melcer - 16 Juin 2008
'Netartistas' introducen estímulos sensoriales en los videojuegos: R. BOSCO - S. CALDANA - El Pais - 8 Mai 2008.
"Entrez dans Exit" : Véronique Godé - Fluctuat Net - Avril 2008.
"Des festivals qui décoiffent." : Avantages - Avril 2008.
"De l'hybride dans l'Art." : Cathy Blisson - Sortir Telerama - 26 Mars 2008.
"Un festival qui bouleversera vos sens" : Guy Duplat - La Libre - 26 Mars 2008.
"Un réel peut en cacher un autre" : Jean-Marie Wynants - Le Soir - 21 Mars 2008.
"Via: bain électro" : Marie Lechner - Libération - 18 Mars 2008.
"Zoom : Portraits-robots de trophées": Astrid Girardeau - Ecrans - Libération - 17 Mars 2008.
"Les manipulations robotiques de France Cadet." : Cathy Blisson - Sortir Telerama - 27 Février 2008.
"Art Embodies A-Life: The VIDA Competition" - Leonardo Vol 41, N° 1 - Février 2008.
"Exhibit proposes new amenities for downtown life."  : Kurt Shaw - Pittsburgh Tribune-Review - 24 Février 2008.
"Art Review: 'Urban Living' gadgets electrify" : Mary Thomas - Pittsburgh Post-Gazette - 6 Février 2008.
2007:"Le site du jour : CyberDoll, sexe et robotique..." : Astrid Girardeau - Libération - 22 novembre 2007.
"Des sextoys qui disent «Oh oouiiiiii !»" : Libéblog - 21 novembre 2007.
"Le gode n'est pas un substitut du phallus mais de la main, une main améliorée survoltée" : Agnès Giard - Libération - 24 novembre 2007.
2006:"Robots pour être vrais" : la République des Pyrénées - 29 Novembre 2006.
"Ces robots chiens sont des clones" : Sud ouest - 23 Novembre 2006.
- "Arte e ciência em interseções lúdicas" : Diaro de Pernambuco - 20 septembre 2006.
"Provocaçoes digitais" : Folha de S.Paulo - 18 Juillet 2006.
"Canine cloning" : Bristol Evening Post - 9 Févier 2006.
2005:"Farmers' anger at a mad cow robot" : Daily Press - 28 septembre 2005.
"Union slams robotic BSE artwork.": BBC news - 28 Septembre 2005.
"Cultures du sexe. Internet et joystick masturbatoires.": Annick rivoire - Libération n°7539 - 5 Août 2005.
"La Vie Artificielle et les Vies des Non-Humains" : Carol Gigliotti - Parachute 119 - Juillet/Août/Septembre 2005.
"Mutations canines à Exit" : Cathy Blisson – Sortir Telerama n° 2881 – 30 Mars
"La science intruse" : Annick Rivoire - Libération n°7432 - 2/3, Avril 2005.
"Du rêve et des jeux pour tous" : Jean-Marie Wynants - Le Soir - 12 Mars 2005.
"Folies robotiques": Marie Lechner - Libération n°7395 – 28 Février 2005.
2004:"Dog[LAB]01" : ARTE / Cultures électroniques. Novembre 2004.
"Accord parental souhaitable": Ventillo n°112 - Pedro morais. Décembre 2004.
"Have 25 Years of Progress Helped?" Michelle Délio - Wired news - Septembre 2004.
- "Wer bastelt mit an virtuellen Welten" Der Standard: – 6 Septembre 2004.
"Crash culture" - Annick Rivoire - Libération n°7191.
"Art from the machine: Gleams of the Inhuman" - James Coupe pour Machinista.
"ABC de ARCO" n°5 - 16/02/04.
"Telefónica premia perros robóticos transgenicos" - El Pais/CiberP@is - TexT de Roberta Bosco.
"El Punto" de las artes n°729 6-12 Février 2004.
2003:"Digitales Bonnes anées" - Annick Rivoire - Libération n°6737. - 10 Janvier 2003.
"Des souris et des femmes" - Emmanuel Loi - Le "sous-officiel" n°14 - Mai 2003.
"On vous souhaite bien du plaisir" - Dominique Juan - Cote Magazine n°76 - Mai 2003.
"Project Room sur les Marseillais" - L’Hebdo Marseille n°139 - 3 Juin 2003.
- "Art Dealers joue seven à Marseille" - Art Sud" - Juin 2003.
"Deux nuits de doux délires à l’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence" - La Provence - 5 Novembre 2003.
2001:- "Une initiation ludique aux mystères de la robotique" - "La Provence" - 12 Septembre 2001.
- "Pour clore le FER en beauté" - "Nord Eclair" - 31 Août 2001- Belgique.
- "Des ateliers de création de robots : un véritable succès ! " - "Nord Eclair" - 17 Août 2001- Belgique.
- "Nouvelle Gazette" ed. Centre - 11 Août 2001- Belgique.
- "La Province" 7 Août 2001 - Belgique.
- "Les robots investissent le PASS" - "La Province" & "Nouvelle Gazette" - 7 Août 2001 - Belgique.



Prix:

2005:- Jury recommended work for the "MAP" Japan Media Art Festival – Tokyo - Japon.
2004:- 1er Prix de "Digital Stadium"– Tokyo – Japon.
2003:- 1er prix du festival VIDA 6 - Madrid - "Art & Artificial Life International Competition".



Résidences/bourses:

2005:Résidence de 8 mois au Laboratoire de Robotique de Bristol: BRL
- Obtention d'une bourse de la Lerverhulme Trust.
2003:- Résidence d'un mois à Lezarap’art – Marseille.



Collection publique :

2007:- Communauté d’agglomération Pau Pyrénées (CDA)
2006:MEIAC - Museo Extremeño e Iberoamericano de Arte Contemporáneo - Badajoz - Espagne



Conférences:

2013:"Une heure avec..." Fondation Vasarely - Aix-en-Provence
2011:- "From laboratory Object to Social Subject" - School of the Art Institute of Chicago - USA
2008:- "De l'Objet de laboratoire au Sujet Social" - Ecole d'Art de Dijon - France.
2007:"Sonde # 0007: Du robot au théâtre" - 34° rencontres d'été - La chartreuse - Villeuneuve lez Avignon -Dossier pdf - Voir la vidéo
"BIORAMA"DRU: Digital Research Unit - Huddersfield - Angleterre.
"Do biologists dream of robotic art?" avec Régine Débatty - LIFT07 - Genève - Suisse - Voir la vidéo.
2006:- "Robotics and Interactivity" - "Emoção Artficial 3.0" - Sao Paulo - Brésil
- "Teaching Robotic Dogs New Tricks" - SMARt2006 - Hochschule für Künste Bremen - Allemagne.
"The Art of Behavioral Programming of Robots" - School of the Art Institute of Chicago.
2005:"Dog[LAB]02 Show'n Tell" Watershed - Bristol.
2004:- "L’homme et la machine : vie artificielle, interactivité, robotique": festival "Arborescence 04" - Agora des Sciences – Marseille.
- "Business Japan" : colloque sur les technologies innovantes – Technopole l’Arbois.



Expérience professionnelle:

2011 à maintenant:- Associate Professor & Chair of Art & Technology Studies Department - School of the Art Institute of Chicago
2004 à maintenant:- Enseignante volume/robotique à L'Ecole Supérieure d'Art d' Aix-en-Provence.
2000 - 2004:- Enseignante robotique à l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
- Mise en place de l’atelier robotique pour adolescents (ateliers péri-scolaires).
              - Ateliers robotiques pour adultes:
2008:- "Pinguino Project" - Interactivos'09 @ Medialab-Prado Madrid - Spain.
2007:Workshop "Mechatronics" Hfk:University of the Art - Brême - Allemagne.
"Vida 9: Art, Robotics and Artificial Life" - Madrid -Espagne.
"GAME": Game Art Multiplex Experiments - Ecole d'Art d'Aix-en-Provence.
2006:- "The Art of Behavioral Programming of Robots" - School of the Art Institute of Chicago.
2005:"IDRE" - Intelligence Déportée sur le REseau - Ecole d'Art d'Aix-en-Provence.
2001:- Formation des animateurs du Musée du PASS à la robotique – Belgique.
              - Ateliers robotiques pour adolescents:
2007:- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille.
2006:- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille. 
2005:- Stage robotique Lego - "Sialoo interactive" - Lambesc.
- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille.
2004:- Stage robotique Lego - "Sialoo interactive" - Lambesc.
- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille.
2003:- Stage robotique Lego - "Sialoo interactive" - Lambesc.
- Stage robotique Lego - Ecole d'Art d'Aix-en-Provence.
- Stage Electronique/Robotique (15/18 ans) Lycée Châtelier - Marseille.
- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille.
2002:- Stage robotique/multimédia (12/18 ans) L'Olivier Bleu - Marseille.
- Stages d'initiation Lego (9/13 ans) - Ecole d'Art d'Aix-en-Provence
- Stage robotique Lego - Collège R.Rolland - Marseille.
2001:- "FER au Pass" - "Robotic Experiences Festival" – Stage robotique Lego - Belgique.
- Stage robotique/Electronique (12/18 ans) L'Olivier Bleu - Marseille.
- Stage robotique Lego - Collège l'Estaque - Marseille.
- Stage Electronique/Robotique (15/18 ans) Collège R.Rolland - Marseille.
2000:- Mise en place de l'atelier robotique pour les péri-scolaires à l'Ecole d'Art d'Aix-en-Provence.
- "AVIGNONumérique" - Capitale Culturelle 2000. C.U.T Robotique - Stages robotiques.
              - Collaborations techniques:
2003:- Collaboration avec Mathieu Briand sur le projet SYS*017.ReE.06/PIG-Eq\5*
(Systèmes électroniques autonomes portatifs avec lunette vidéo et caméra).
2001:- Collaboration technique avec Shilpa Gupta sur une installation multimedia interactive.
1999:- "CYMAR @ WEIMAR" - Capitale Culturelle 1999
Technicienne en Electronique: montage, maintenance, décrochage de l'exposition.
1997:- Atelier peinture en collaboration avec un atelier d’écriture et de théâtre.

jeudi 15 août 2013

Stratégie de la rupture 3 Manipulez vous?

Dans le chapitre 2 de la stratégie de la rupture, nous venions de comprendre que l'essentiel de notre pensée est fait d'ancrages, donc d'automatismes. Ces automatismes nous permettent de nous concentrer sur des moments où nous devons avoir une réflexion plus fine, sans avoir l'esprit occupé par des fonctionnements de base (travail sur soi même).

Maintenant, il existe un autre niveau de travail (travail sur les autres) qui est la compréhension plus fine du raisonnement de l'autre et une mise en accord de votre propre discours pour faciliter communication et compréhension entre nous. Cette inflexion de notre propre discours pour s'adapter aux schémas de pensée d'autrui peut être assimilé à de la manipulation, alors même qu'il s'agit juste de mieux faire passer notre message.



Ce petit  opuscule de vulgarisation de la psychologie sociale est très précieux pour comprendre nos mécanismes internes  et apprendre que nous sommes incroyablement "prévisibles".  Pour moi c'est une petite bible qui me donnent stratégies  et moyens pour aller sur le terrain de l'autre et mieux présenter mes arguments pour avoir davantage de chances qu'il y adhère ou tout au moins qu'il les prennent en compte.

Comment parler de l'art contemporain?






Comment mettre des mots sur l'art contemporain ...d'abord ceux là...puis trouvez vos propres mots...en prenant appui sur vos propres expériences, sur votre culture:  cinéma, lectures, musique...du matin au soir, vous êtes baigné dans la culture...parfois sans le savoir...mais bon!  Reprenez le pouvoir sur votre esprit, ne le laissez pas entre les mains de ceux qui vous bourrent le crâne d'idées toutes faites, qui vous poussent à acheter toujours plus des saloperies inutiles qu'ils souhaitent vous vendre!

Merci aux canadiens pour ce petit guide  qui donne des pistes pour entrer dans cet univers symbolique.




Grandes questions, réponses courtes…

inspiré et adapté à partir d’Itinéraire d’Art contemporain (Musée d’Art de Joliette, Canada)  site www.itinerart.ca

R. On peut dire aussi bien art contemporain qu’art actuel. Dans les deux cas, il s’agit de l’art qui se pratique aujourd’hui. Le terme art contemporain est plus généralement utilisé, car il est plus englobant.
Les termes modernisme et art moderne se réfèrent à l’art qui se pratique entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle en Occident. Les artistes, aussi bien en arts plastiques qu’en architecture, rejettent les conventions du passé et cherchent de nouvelles avenues qui seraient plus adaptées au monde dans lequel ils vivent. L’art moderne se termine vers la fin des années 1960. On situe le Monochrome bleu de Yves Klein dans la période de l’art moderne.



R. Les spécialistes situent le début de l’art contemporain au début des années 1970. Les artistes poursuivent les transformations amorcées par les artistes de la période d’art moderne. On assiste alors à une période d’intense créativité et à une multiplication de mouvements artistiques qui veulent révolutionner les pratiques.


artistes poursuivent les transformations amorcées par les artistes de la période d’art moderne. On assiste alors à une période d’intense créativité et à une multiplication de mouvements artistiques qui veulent révolutionner les pratiques.



R. C’est la production artistique de maintenant. Les sujets et les médiums sont très diversifiés. Par leurs préoccupations aussi bien sociales que plastiques, les artistes sont souvent en avance sur leur temps. Claude Viallat utilise des matériaux de récupération. Découpés, étirés, épinglés au mur, ils deviennent des objets intrigants qui font réfléchir sur la place des rebuts dans notre société ; ainsi l’artiste participe à la critique de la société de consommation.



R. Une œuvre abstraite n’imite pas la réalité visible telle que tu la perçois. On y voit un agencement de formes ou de couleurs. Des peintres comme Janos Ber ou Per Kirkeby jouent avec des formes et des couleurs. D’autres manipulent la matière et les couleurs, comme Lawrence Caroll
R. C’est souvent après coup que l’on peut nommer un mouvement en art. Et ce sont souvent les critiques d’art qui le nomment. Un mouvement est un regroupement d’artistes qui proposent une nouvelle manière d’envisager l’art. Parfois, les artistes se regroupent physiquement et travaillent ensemble. À l’occasion, le mouvement déborde les frontières et des artistes de plusieurs pays s’en inspirent et l’adaptent à leur contexte social et artistique.
Par exemple, le Pop art a pris naissance aux États-Unis et en Angleterre. Des artistes français se reconnaissent dans la figuration narrative ont produit des œuvres dans le même esprit.
Le travail de chaque artiste est unique et il peut changer sa manière de peindre ou de sculpter au cours de sa vie.  On peut citer BMTP avec Buren, Mosset, Parmentier, Torroni  ou supports-surfaces avec Viallat, Dezeuze, Bioulès et Pincemin, notamment.


R. Oublie tes préjugés, accepte d’être surpris et fais-toi confiance. On peut éprouver un ensemble de réactions entre le dégoût, la surprise, l’admiration, l’humour... Les artistes ne cherchent pas nécessairement à rendre le beau, ils veulent aussi nous déstabiliser, nous forcer à réfléchir et à avoir une opinion. Ils se nourrissent de la vie qui nous entoure et nous donne le monde à regarder.
La meilleure manière de se familiariser avec l’art contemporain c’est… d’en voir pour pouvoir faire des liens. Les textes d’introduction, les cartels (l’affichette placée à côté de l’œuvre) dans les musées, les livres d’histoire de l’art sont une bonne manière de démystifier l’histoire de l’art et d’apprendre cette « langue » étrangère.

R. C’est facile, voire réducteur de dire ça ou encore quand il ne s’agit pas de paresse intellectuelle. L’enfant dessine spontanément tandis que l’artiste est conscient de l’image qu’il crée. Ce n’est pas parce que tu ne maîtrises pas ce langage et que tu te sens privé de repères que l’œuvre est vide. La difficulté pour un artiste est de garder la simplicité de l’enfance tout en mettant à profit sa maturité.
Il ne faut pas regarder l’art contemporain comme on regarde un tableau ancien. Il peut nous paraître fait de débris, mal fait, ou pire encore trop simple comme dans le cas des bandes verticales de Daniel Buren  ou les voitures compressées de César. Mais pour oser faire cela au moment où cet artiste l’a fait, il faut être audacieux et vouloir briser des codes. Le 1er artiste s’intéresse à l’interaction entre les couleurs et non à la représentation de la réalité, le second est fasciné par l’enchevêtrement et l’aspect minéral des tôles compressées.

R. La sculpture ce n’est plus seulement un objet en marbre ou en bronze sur un socle. Elle est maintenant complètement éclatée. Les sujets traités, les matériaux et les procédés techniques utilisés sont très diversifiés. Les œuvres suivantes sont toutes des sculptures : Une sculpture de Richard Serra est faite de murs d’acier courbes et soudés, une autre de Sarah Frances Khun est en plexiglass thermoformé, moulé et assemblé, etc...
Tu liras parfois sur les cartels le mot « installation ». Il est parfois difficile de tracer la frontière entre l’installation et la sculpture. La plupart du temps, l’installation se déploie dans l’espace. Le Leviathan d’Anish Kapoor est quand à lui éphémère, mais reproductible. Certaines sont même créées spécifiquement pour le lieu dans lequel elles sont exposées. « l’emballage du Pont Neuf » par Christo.



R. Dans la peinture de paysage classique, ni dans l’art contemporain, tu ne peux être certain que le paysage que tu as devant les yeux existe vraiment. Même si il paraît réaliste comme chez Jérémy Liron Il peut être un assemblage de croquis, de photographie que l’artiste a collectés et qu’il combine. Les artistes représentent la nature sans l’imiter. Et paysage ne veut pas nécessairement dire campagne, nature. Un paysage peut être industriel ou urbain comme dans l’arsenal de Toulon vu par Jacqueline Salmon.

R. Tout comme la peinture de paysage, les natures mortes, les nus, le portrait est présent dans l’histoire de l’art en Occident. Avant l’apparition de la photographie, certains portraits avaient une fonction informative : la fiancée voulait bien savoir de quoi avait l’air son fiancé! Dans les portraits de Hans Silvester, la personnalité de chacun se dégage en fonction des cadrages : plan d’ensemble surexposé pour Massimo Vitali, plan rapproché mais formes altérés, pour Thupinier et Baselitz. Sous des angles étranges et avec des ajouts de peinture pour Sarah Moon.



R. C’est un désir fort, qui pousse les artistes à réaliser quelque chose que personne ne leur demande de faire et auquel ils consacrent leur vie. Ils constatent, dénoncent et proposent un regard critique et personnel parfois humoristique sur la société. Des artistes comme Baselitz ou Carmen Calvo font des œuvres dont le point de départ est quelque chose de personnel, mais qui rejoint l’universel.
Les artistes actuels sont aussi en lien avec les artistes qui les ont précédés. Ceux qui étudient dans les écoles des beaux-arts apprennent à maîtriser des techniques, suivent des cours d’histoire de l’art, discutent des enjeux esthétiques pour acquérir une autonomie créatrice et intellectuelle. On apprend encore de nos jours à dessiner, à peindre, à sculpter des nus, des natures mortes à partir de modèles. Pour briser les règles, il faut maîtriser les techniques, connaître les références historiques pour parfois s’en inspirer ou pour s’en moquer.


R. Sauf dans quelques cas où la religion interdisait la représentation humaine (islam et judaïsme), le corps humain, habillé ou dénudé, a toujours été présent dans l’art. Mais la manière de le représenter est marquée par des changements profonds au cours du XXe siècle. Le corps devient un sujet de réflexion privilégié, car le moteur de l’art actuel est souvent le « moi », l’intime.
Certains artistes utilisent leur propre corps comme un médium : ils testent les limites de l’esprit à supporter la souffrance, la relation entre le nu et l’habillement, l’interne et l’externe, la partie et le tout, soit en le modifiant, soit en le mutilant, en se métamorphosant, et en se photographiant lors de performances et de happenings. La mise en scène du corps permet de réfléchir sur les questions d’identité et de sexe. C’est ce que fait le body art et certaines expériences de John Cage au Black Mountain College.





R. Ils utilisent de tout…. du crayon à mine aux rebuts domestiques en passant par les nouvelles technologies, la peinture à l’huile, la photographie et l’estampe. Claudio Parmeggiani utilise souvent la suie et la cendre pour faire des sculptures d’ombres.
Les artistes transforment les rebuts en objets d’art, parfois en les manipulant pour les rendre méconnaissables. Le même Claude Viallat découpe et étire des toiles de sac pour réaliser ses  tentures et autres kakemono.
Les artistes d’aujourd’hui utilisent fréquemment la photographie, la vidéo et Internet. Ces médiums permettent d’intégrer plusieurs pratiques : le réel en direct, l’image fixe, l’écriture cinématographique. Ces appareils qui font maintenant partie du quotidien sont des témoins fidèles et discrets, mais également manipulables facilement grâce à l’ordinateur.

R. Tous les artistes en arts visuels ne deviennent pas des vedettes ce qui ne signifie pas que leur production artistique n’est pas intéressante. Les arts visuels occupent une place plus restreinte dans notre société que le cinéma, la chanson ou le sport. Il y a moins d’acheteurs d’œuvres d’art que d’acheteurs de disques. Sans la présence d’individus souhaitant acquérir des œuvres, il n’y a pas de marché. Les galeries se développent dans des villes où il y a des gens riches, comme Londres, Paris ou New York.

Les artistes sont généralement peu connus du grand public et doivent faire un autre travail pour vivre, par exemple, l’enseignement ou un travail technique dans un musée. Un artiste peut acquérir une renommée quand ses oeuvres font partie de collections privées ou de musées qui jouissent d’une bonne réputation dans le milieu de l’art national et international et lorsqu’il participe à des expositions à l’étranger. Les critiques d’art, les propriétaires de galeries, les conservateurs de musées et les commissaires d'exposition jouent un grand rôle dans la notoriété d’un artiste.


R. La reconnaissance du grand public est longue et difficile à obtenir et tous ne sont pas désireux de fournir les efforts nécessaires à cette reconnaissance. En chanson par exemple, ce ne sont pas tous les artistes qui sont prêts à accepter tous les sacrifices qu’a faits Céline Dion pour devenir une vedette internationale.
Pour se faire connaître, les artistes sont généralement représentés par une galerie, qui organise des expositions dans leur lieu et dans les musées et exposent les œuvres aux grands événements artistiques internationaux. Ainsi durant 40 ans, Baselitz  a été représenté par la Galerie de son ami Werner à Berlin.
D’autres sont des événements à caractère muséal comme La Documenta de Kassel en Allemagne ou la Biennale de Venise auxquelles les artistes sont conviés par des commissaires.





R. Les prix varient en fonction de la rareté de l’œuvre, de la période à laquelle elle appartient dans la production d’un artiste, de son originalité dans la production artistique de son époque, de sa valeur symbolique. Les œuvres d’un artiste deviennent plus coûteuses après sa mort. Malgré de rares exceptions, les artistes en arts plastiques sont rarement aussi riches de leur vivant que les vedettes de cinéma ou du sport.
Les artistes doivent assumer les frais de fabrication de leurs œuvres. Règle générale, les galeries gardent 50 % du prix de vente d’une œuvre pour couvrir leurs frais : publication de catalogues, loyer de la galerie, transport des œuvres, promotion de l’artiste dans les foires d’art international, etc.