dimanche 27 avril 2014

Pourquoi ne pas suivre un bon auteur?

                                    NYMPHEAS NOIRS   de Michel BUSSI


Quel beau titre ...  cela évoque Monnet  bien sûr, mais pas seulement,  pensez au "Dahlia noir".
Michel Bussi , en bon intellectuel (il est prof de fac), adore se colleter avec les exercices de genre. Je vous avais parlé, il y a peu de "Un avion sans elle"  où son jeu était de coller à une enquête humoristico-sociétale (Léo Malet revu par Daniel Pennac).  Là, il mélange la grande Agatha pour la structure et James Elroy pour le cynisme.  

Ce monsieur est un styliste ...son attaque est mythique:
"Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste."






mercredi 23 avril 2014

La cote 512

La guerre  de 14  c'est d'abord de l'histoire...la "grande guerre"  ...du lourd, du breveté.
En plus, la commémoration a commencé et elle va durer, durer...La Marne,   les tranchées,  puis l'enlisement,  la boucherie de Verdun, celle de la Somme,  les mutineries,  les décimations, l'arrivée des ricains...ouf  finalement, on  a gagné!

Dis comme ça  c'est presque une histoire à oublier...et pourtant toute notre inconscient en est encore rempli de cette boucherie...on n'y échappe pas...c'est de la chair en littérature, aussi...sinon, pas de Céline, pas de sursaut de l'entre-deux-guerres...au vide, le surréalisme...au néant, le Bauhaus!

Mais se souvenir peut prendre des chemins de traverse. Lire ce petit polar de Thierry BOURCY, "la cote 512"  est un petit devoir de mémoire, pas trop douloureux et très instructif.  Allez rompez, enfants gâtés par la paix!

Le style est très correct, sans être innovant, et l'histoire tient la tranchée,  c'est surtout la situation du héros qui est atypique: certes "poilu" mais qui reste toujours le flic qu'il est dans l'âme...

mardi 15 avril 2014

Fiche 3 Organisation d'une exposition

La médiation



Là encore, il va falloir imaginer du « sur mesure ». La médiation fait partie intégrante de l’exposition,  elle doit être adaptée aux œuvres, à la scénographie et enfin bien évidemment aux publics ciblés.

Il  faut déterminer des contenus, des supports et des dates adaptés aux publics :

-       questionnaires-jeux et carnets de croquis pour les plus jeunes,
-       parcours ludiques et pédagogiques pour collèges-lycées
-       parcours valorisants pour publics adultes

des visites interactives pour les publics familiaux,
des ateliers liés aux gestes artistiques

2  dogmes importants :
toute médiation doit être liée aux œuvres alors présentes,
Le médiateur ne détient pas la vérité, il aide les personnes à exprimer leur sentiment, leur expérience.

Quelques règles à respecter :

-       pas de groupe de plus de 8 à 10 personnes,
-       avoir un document, ou une trace de l’exposition à leur laisser (support qu’ils vont annoter, croquis personnel, etc.)

-       leur donner l’idée de revenir avec une personne (ami ou famille) et d’être le médiateur à leur tour.

jeudi 10 avril 2014

Fiche 2 Organisation d'une exposition

La Scénographie


Elle va être liée à plusieurs critères :

- le thème, la thématique 

-  le/les publics ciblés

- les objectifs artistiques et culturels


La thématique va nous amener à choisir une ambiance, une couleur adaptée et finalement c'est le critère qui oblige le moins.

Le public ciblé  va plutôt définir  le tempo,  et donne le choix des supports...de classiques à décalés. Les séquences pourront varier du récit classique à une sorte de bande dessinée ou de jeu vidéo.

Le critère le plus important et celui qui sera déterminant est lié aux objectifs:  souvent il faut   
faire vivre parallèlement plusieurs intentions: le pédagogique, le ludique, la valorisation du lieu ou de la personne qui visite, etc.  Il va falloir par le jeu des présentations, des cartels, des éclairages, de la construction de la visite: offrir les meilleurs angles pour atteindre vos objectifs.

Par exemple:
- pour bien atteindre l'objectif pédagogique: il faut des cartels informatifs  complétés par des carnets de visite. Pour être sûr de laisser des traces, la scénographie doit faire appel à tous les sens (vidéo,  matériaux à toucher, lectures, etc.),
- pour remplir l'objectif ludique, il faut jouer le décalage sur certains dispositifs, et faire entrer des oeuvres ou objets surprenants.
- pour l'objectif de valorisation, il faut mettre en place une véritable dramaturgie par les objets et par les éclairages.

lundi 7 avril 2014

Fiche 1 Organisation d'exposition

1/ Choix du support et de la thématique




A ce niveau là, tout est lié à votre, à vos publics.

Ou bien vous désirez cibler un certain public qui vous semble en retrait sur votre bibliothèque ou autre structure :   donc il va s’agir d’un public ciblé.  
Ou bien vous désirez valoriser votre lieu par une fréquentation accrue  en attirant un public large.

Cette seule décision va influer sur le choix de votre objet culturel (support et thématique) 

Ensuite, et là il y a un lien avec le « storytelling », il faut d’abord faire le choix de la stratégie culturelle que vous voulez adopter :

1/  stratégie de l’expertise : un objet culturel qui joue sur la rareté, sur la valeur esthétique (artiste très côté,   objet rarement présenté, etc.)

2/  stratégie de la surprise : un objet culturel  « choc » qui recherche la rupture avec les habitudes et remets en cause les schémas du public (tout alors concours à cette déstabilisation, y compris les types de support et la scénographie qui sera audacieuse)


3/ une stratégie située entre ces 2 précédentes avec par exemple une thématique surprenante mais un traitement assez classique (scénographie et supports plus conventionnels)