mercredi 30 septembre 2015

Toujours la Fête...

Une amie de rencontre me dit:
Est ce que tu connais Pierre RAUFAST?

- Euuuuh, non!   dois je répondre avec une ignorance coupable.

- Alors, va le voir, il est FORMIDABLE, sympa et il écrit bien...

Intrigué mais méfiant devant cet enthousiasme je me dirige vers le stand indiqué. L'homme est souriant et banal, l'air d'un comptable égaré ou d'un jeune homme attardé dans un monde adulte.   
Je l'ai donc abordé, et nous voici parlant littérature. C'est un ingénieur de formation (encore une victime des filières scientifiques adorées par les parents), il a fait les mines et puis sa passion des mots est revenue s'imposant et lui faisant écrire ce genre de bouquin inclassable. 

Ne serait ce que le titre, cela donne envie de dévorer...
LA FRACTALE DES RAVIOLIS

écoutez moi la première phrase:
"Je suis désolé, ma chérie, je l'ai sautée par inadvertance."

Lisez, la suite vaut le début ....


samedi 26 septembre 2015

Oui, je suis aussi "groupie"!

Ce  week-end j'ai pu un peu parler avec José Carlos Somoza  à la Fête du Livre de Toulon. 
J'ai adoré ses premiers bouquins mais mon grand coup de coeur c'était "Clara et la pénombre", magnifique fable tragicomique sur l'art contemporain.




Son français étant aussi balbutiant que mon espagnol, ce fut l'inévitable anglais globish qui fut notre vecteur de communication. 
Le bonhomme est modeste et accueillant, ravi d'échapper à l'ennui profond de l'attente sous chapiteau (jeu de mot), son contact fût des plus chaleureux et culturel. On a parlé de ses oeuvres passées, mais aussi de ses petites obsessions comme il dit, et enfin de son dernier opus "Tétraméron".

Groupie...mais lucide!

J'ai été franc avec lui, en lui avouant que ses derniers bouquins m'avaient un peu laissé sur ma faim. Pourquoi?   et bien, si j'aimais le mélange, de réel, de fantastique voire d'onirique...je trouve que retirer le réel amoindrit la portée de ses réçits. Trop de décalage est nuisible, a mon sens, il faut conserver une petite racine dans le réel, mais bon vous apprécierez ou non cette nouvelle dimension, car je vient de débuter ce dernier livre et...il est toujours dans cette tendance onirique...




...en conservant dans notre tête le magnifique récit de "Clara et la pénombre" ou de "l'Appât"


jeudi 17 septembre 2015

Le moment wharolien...

"Prête à tout" de Joyce Maynard

La fascination de l'écran, la magie cathodique, l'obsession d'être à la lumière...à l'antenne.

Ce bouquin de Joyce Maynard capte tout ça et plus encore.  C'est le reflet assez pathétique de notre monde, c'est le côté factice de nos vies. Mais l'auteur n'intervient pas en moraliste, c'est juste un constat glacé de cette réalité tragique et parfois comique.

Son procédé narratif sans être nouveau est très efficace. Il est surtout adapté à son propos. Tout le récit est fait en monologues de tous les protagonistes. ces petits récits, de 2 pages chacun, nous indiquent l'évolution des points de vue selon le personnage et son implication dans l'histoire.

Malgré le côté répétitif du procédé, cela fonctionne assez bien, et cela contribue à notre vision externe des choses...comme à la télé!




jeudi 10 septembre 2015

Le secret de l'équilibre (mais est ce suffisant?)

En ce moment je lis Andrea H Japp...

Sous ce nom d'emprunt anglophone, se masque une auteur bien française  qui a décidé de faire vivre ses héros et héroïnes dans des univers radicalement différents.

Par exemple, dans le roman que je viens de commencer, son héroïne est une psychiatre profileuse du F.B.I, Diane Silver.  L'intrigue est pas mal, et ce n'est a priori pas trop mal écrit.
J'ai acheté en parallèle un livre du même auteur mais qui se déroule au moyen âge. C'est l'histoire d'un bourreau qui semble en avoir assez de trucider des innocents! Sympa comme départ, non?


J'ai assez apprécié cette aimable schizophrénie qui augure d'une personnalité assez complexe chez l'auteur. Passer de la modernité US un peu factice, aux turpitudes médiévales m'intrigue...

Voilà donc cet auteur que je découvre ...  c'est lisible pour le moment!

Bon...j'ai avancé sur les 2 bouquins et j'ai assez de mal  pour le thriller: les personnages sont des caricatures et n'offrent qu'une personnalité sommaire, et l'intrigue est des plus attendues. Pour l'exercice médiéval, il y a un autre travers: contrairement à Anne Perry ou même au grand Umberto Ecco, l'auteur veut nous faire un vrai cours avec des digressions pédagogiques qui plombent son récit.     DOMMAGE!



mercredi 2 septembre 2015

Derrière le paravent...

Le Japon est de très loin le pays que je pense le plus éloigné du nôtre, le plus exotique. Cette aporie pourrait se limiter aux apparences, mais en fouillant un peu la littérature japonaise, certains mythes et obsessions apparaissent et rendent cette culture moins froide et moins "collective".

Le roman policier de Miyuki MIYABE fait partie de ces livres qui vous décillent les yeux sur des réalités cachées du Japon. Dans "le diable chuchotait"Miyabe explore les terres de la réputation, de la rumeur, de tous ces "conformités" qui rendent une société intolérante. Il est sur les traces de Murakami Ryu (à ne pas confondre avec l'autre Murakami Hakari  qui est moins "trash" que celui qui a écrit "les bébés de la consigne automatique", oeuvre à lire absolument!).

L'histoire est bien suivie et elle permet de comprendre certains ressorts de la société japonaise, le statut social, la réputation, les délicats rapports homme-femme, etc.

Le Héros, qui n'est pas sans faille, se débat pour échapper à un destin en trompe l'oeil et il profite de ses quelques talents pour mener une enquête dans le pays où toute vérité est moins importante que la convenance!

Tokyo au travers de ses nuits où les uns cachent leurs angoisses et les autres certains vices.  Un bon bouquin.