mardi 31 mai 2016

Quel rapport entre Karim Benzema et Madame Bovary?




Il faudrait d'abord citer James Joyce dans Dedalus


Dedalus ou Portrait de l'artiste en jeune homme



A l'instar du héros, jeune artiste, Karim est ancré dans une réalité virtuelle très loin de la vie réelle. Son monde est une illusion, et comme l'artiste il ne peut pas y rester!

Il se voudrait loin de ses origines, comme un nouvel homme, beau, riche et célèbre...mais il est poursuivi par sa réalité si envahissante!

Sa vie est schizophrène, il vit des choses et croit en avoir fait d'autres.

Dans le sens opposé, Madame Bovary se vit différente: petite bourgeoise qui se voudrait "dame" du meilleur monde. C'est ce décalage qui rapproche nos 2 héros: Karim se voudrait peut être dans une normalité faite de Porsche Cayenne et de boîtes de nuit...sans avoir à prouver que la "racaille" ne le conduit pas dans ces lieux...comme pour avoir le droit d'agir futilement sans être abreuvé de reproches.  Emma, elle, est fille de l'ennui, et son adultère c'est sa boîte de nuit!  

De l'art d'être toujours mal là où l'on est!



mardi 24 mai 2016

Le grand BLUFF! Arlette avait raison...

Arlette avait raison: "on vous trompe, on vous ment...travailleuses, travailleurs!"


La CGT  est en train de mener un de ses ultimes combats d'envergure...comme les autres syndicats, et peut être encore plus, ils sont dos au mur. Ils n'ont plus que très peu d'adhérents et leurs derniers bastions sont la pétrochimie et l'énergie...tiens, cela rappelle les troupes de la grève actuelle!

Et  oui, un syndicat qui vit à 95% des subventions s'est complètement coupé du terrain et ses soubresauts ne vont pas masquer la dure réalité sociale qui de plus en plus leur échappe.

Et oui, chers lecteurs et amis, nous sommes pris en otage dans un jeu de dupes, où chacun avance masqué.  Donc voilà chers camarades syndiqués, je tenais à vous dire que vous appliquez cette merveilleuse maxime: "plus la ficelle est grosse et plus ça passe!"

En fait, je pense que vous n'avez rien à faire du contenu de la loi Elkhomry, ce qui est perturbant ce sont plutôt ces changements incessants du code du travail...mais comment avouer cette impuissance à maîtriser le présent?

Un livre m'a ouvert les yeux sur cette tragi-comédie actuelle:
C'est bien écrit et bien documenté...à vous de forger votre opinion sur l'actualité.


lundi 16 mai 2016

Ne croyez pas ce que les media vous disent...



HARMONY OF THE SEAS
Afficher l'image d'origine
La photographie est belle...mais ce navire est moche!

C'est inesthétique, lourdingue, une usine à faux rêves, Las Vegas sur mer...un contresens de bâteau...une hérêsie flottante. Pourtant de TF1 à M6 en passant par France TV, ce ne fut que concert de louanges...amenant des touristes  le long des berges de ce monstre des mers. Donc chers amis reprenons nos esprits et considerons cette masse inepte pour ce qu'elle est: une horreur!




Pour ne pas être totalement négatif voici les canons de la beauté maritimes...regardez moins la télé, aussi.

https://i.ebayimg.com/00/s/NDgwWDY0MA==/z/4oAAAOSw~oFXJcV8/$_35.JPG

mardi 10 mai 2016

Le retour du mongol... Ian Manook




Yeruldelgger  est de retour, toujours aussi tourmenté et balloté par des bandes occultes qui ont pris la Mongolie pour terrain de jeu.

Là j'en suis à la moitié, et je ne suis pas déçu par rapport au premier ouvrage, mais je ne suis pas surpris pour autant. Ce qui était surprenant, dans le premier, c'était cette incroyable ambiance mongole, où la tradition et la pensée magique n'empêche pas une logique d'enquête...ce mélange étonnant m'avait transporté dans le pays des yourtes et des steppes. Là, je m'y suis habitué, et donc la magie opère moins. Mais cela reste un bon polar à ambiance. A lire!



mercredi 4 mai 2016

Un des grands tabous japonais... l'évaporation


C'est si secret que quand Yukiko se lance sur les traces de son père Kaze, elle ignore qu'il s'agit d'un phénomène japonais  et que comme lui, les évaporés sont des milliers à se réfugier dans les marges de cette société parfois trop "parfaite"...  







Le livre de Thomas Reverdy est un petit bijou qui révèle un véritable amour pour ce Japon qui l'effraie. Et c'est Richard cet américain balourd qui va le mieux comprendre ces failles qui ne sont pas sismiques mais dont les dégâts sont parfois plus profonds.  Un très beau roman, plein de tendresse mais aussi de dureté  qui illustre bien les paradoxes d'un monde aussi parfait. De Tokyo à Fukushima ce roman initiatique ne vous laissera pas indifférent!