mercredi 21 décembre 2016

Comment amener un "geek" au dessin ou à la peinture

                            De nos jours, il existe de nombreuses applications qui permettent de faire "pratiquer" tout en attirant par des procédés numériques.


L'outil tablette peut les convaincre que ces activités artistiques ne relèvent pas du pariétal et de l'âge de pierre. Peut importe le type, la marque: l'essentiel est de pouvoir télécharger des applis intéressantes pour notre objectif --> transformer une activité ultra classique en une expérience de GEEK  

1/ se munir d'une tablette Apple os, Android (type Samsung)  ou Microsoft ...
perso j'ai une "vieille" Apple (plus de 5 ans) mais toujours vaillante...et au bureau je travaille aussi avec une Samsung Android .  

Donc pas de souci elles se valent toutes...en revanche, la différence se fera au niveau des applis...

2/  Pour support global     il va vous falloir un éditeur...

Mes conseils:       Prendre une appli  qui va permettre de "rassembler" tous les supports utilisés    exemple "Book Creator"  
    


                                                     Non seulement c'est une application gratuite, mais en plus elle est simple d'emploi et elle donne des résultats satisfaisants pour notre objectif. Ce logiciel va permettre d'éditer un vrai petit d'artiste en regroupant vos dessins ou peintures vos photos, vos sons enregistrés et vos vidéos.




3/  Ensuite pour réaliser les dessins ou les peintures  choisir une application adaptée  certaines sont gratuites, mais pour ma part je préfère une appli un peu payante (quelques euros) mais surtout un bon rapport résultats/mode d'emploi                               


PICSART     



et maintenant  faire travailler vos petits "apprentis". Picsart permet de s'exprimer assez largement 




Et  Voila les gros lapins  à vous de transformer vos "geeks" en artistes multimédia

Amusez vous bien mais artistiquement!


samedi 10 décembre 2016

Le Monde selon Wendy

            Chaque matin  en attendant les rubriques de France Inter qui m'intéressent  (vers 7h30), j'écoute Europe 1...  Pour moi c'est mieux, presque pas de musique (et ça, ça me saoule sur Inter: le matin, surtout pas de musique!) et en plus j'aime bien les animateurs qui respirent la bonne humeur et la blague à deux balles (le côté culs serrés et je te fais une blague que seule la couche germano-pratine de mon cerveau comprend, j'en ai marre...donc Europe!).

Et le week end par réflexe  me revoilà sur Europe...mais là, je tombe dans l'univers de Wendy Bouchard.  Non, c'est promis je ne ferais pas les mêmes remarques stupides et arrogantes que Bénichou (chez Ruquier à l'époque) sur son prénom. Mais il n'empêche que ce dernier devait déjà la prédestiner au monde des "surnuméraires" (voir Roland Barthes ou Laurent Binet).

Donc ce matin je suis dans mon lit, à l'écoute de cette muse des ondes, quand je l'entends annoncer son "coup de coeur culturel"...ok, là je m'attend à un bouquin, une expo, un film à la rigueur???
...mais, mademoiselle Bouchard annonce le dernier opus du maître incontesté ès Bardot  Henri-Jean Servat (n'oubliez pas le trait d'union) sur le, ou plutôt les styles de Brigitte Bardot!

Là j'ai vraiment souri devant ce choix "culturel", pas un sourire de moquerie (si, si, je vous assure) non plutôt comme le contentement de quelqu'un qui voit ses idées se conforter, comme un enquêteur qui trouve un indice déterminant.

Je repense alors à tous ces penseurs qui constatent et alertent devant le danger de la "grande confusion des genres":  quand tout est culture, plus rien ne l'est vraiment!

Depuis les remarques pertinentes et acerbes de Baudrillard sur l'Art contemporain, 



il y a eu d'autres philosophes qui se sont inquiétés non seulement d'une "déperdition" du sens dans l'Art    mais aussi dans les différents domaines de l'Art  qui selon certains ont une fâcheuse tendance à se multiplier sans discernement.  Yves Michaud dénonce depuis 15 ans cette banalisation qui met tout et son contraire dans le domaine artistique et culturel!



Donc cela étant dit, effectivement  je remercie Wendy Bouchard de nous alerter sur ce risque de tout considérer comme artistique ou culturel: le design, la mode...à la limite...mais le people, la jet set, Bardot est certes un mythe mais la limite est ténue avec les fesses "jambonnées" de Kim Kardashian!

Merci Wendy pour cette réflexion et au W.E prochain!

samedi 3 décembre 2016

Comment la BD aide à comprendre l'Art contemporain?

D'abord, il y a ce bonhomme Jacques Tardi, qui n'a pas pour seule oeuvre "Nestor Burma" et "Adèle Blansec"   non c'est aussi un "défricheur" , un "laboureur" de l'Histoire.   

Fasciné par son grand père, poilu de 14, Jacques Tardi aime à parcourir les angles humains de cette immense boucherie que fut la 1ère guerre mondiale.

De nombreux parmi ses ouvrages traitent de cette crise dont notre pays ne s'est jamais vraiment remis. 



..."C'était la guerre des tranchées est une bande dessinée qui montre la vie d'un soldat, son quotidien.
Son travail sur la Première Guerre mondiale, notamment C'était la guerre des tranchées et Putain de guerre est reconnu comme exceptionnel, notamment pour sa grande rigueur historique (grâce à la collaboration avec l'historien Jean-Pierre Verney et à la force qui se dégage de ces albums."   extrait de wikipédia   


Mais si j'en parle aujourd'hui  c'est aussi pour son passage la semaine dernière à l'émission de Frédéric Taddei sur Europe1. Il a eu des propos qui m'ont éclairé et fait faire "tilt" sur l'un des grands mystères de l'Art: pourquoi l'Art abstrait?

Jusque là, mes raisonnements qui étaient construits à partir de la lecture de plusieurs spécialistes convergeaient vers l'explication technologique:  après la photographie et le cinéma pourquoi s'obstiner à représenter la réalité. D'où la justification de cette stratégie nouvelle des artistes qui a été de s'éloigner de la représentation et de la figuration. 

Mais quand j'ai entendu Jacques Tardi dénoncer à la fois cette immense gâchis et le traitement qui en avait été fait par les artistes ou écrivains (notamment il s'en est pris à Barbusse et à Roland Dorgelès), j'ai compris à quel point il voulait dire que cette guerre était "indescriptible" au sens propre et que toute tentative de "réalisme" était vouée à l'échec!

Bien sûr, en peinture et sculpture, de nombreux artistes avaient déjà abordé l'angle abstrait puis déstructuré, mais auraient ils poursuivis et essaimé sans ce traumatisme hallucinant et cette remise en cause de l'Homme qui a mené les artistes vers d'autres chemins?